23 septembre 2017

Une putain de mouche

d88865594e594c6dfb2850af49b9abaa-1391875064-1

Faut dire que Michel, il tenait une putain de forme depuis qu’il avait pris de la distance avec sa meuf.
Et là, dans le bar, tu te dis que tu va faire une pause. « On torche cette pinte, tu recommandes la même chose et moi, je vais pisser… et demande au mec s’il n’a pas des trucs à grignoter, j’ai un peu la dalle ! »

L’Orange mécanique, tu te rends compte en arrivant dans le bar que t’as pas fait le lien avec le film de Kubrick. Une bonne 1664 te fais le plus grand bien tellement tu te sens nase de la semaine.

Les chiottes dans les bars de la rue Jean-Pierre Timbaud, c’est rarement le design que tu trouves chez Muji. Plutôt crade, graffitis aux murs, stickers de concert… et la porte que tu tiens avec le pied.

Tu sens quand même, que même bien fraiche, les pintes de bière t’ont attaqué les neurones. Et c’est le moment de faire un break, tu ne sais pas trop ce qu’il y a, mais si, ça y’est… c’est une putain de mouche au fond la la pissotière.

Et là, va savoir pourquoi, tu te mets à lui parler. « Regarde ce que tu vas prendre dans ta gueule. » Car bien évidemment que tu lui pisses dessus. Et elle ne bouge pas, elle s’accroche cette conne.
Faut dire qu’à Paris, vu la pollution et l’absence de bouses (?), c’est assez rare de trouver des mouches.

Et tu continues à pisser dessus, avec trois pintes dans le corps, t’as un peu de réserve pour tenir le jet. « Elle va bien finir par lâcher quand même. »

Retour au comptoir où les bières fraiches sont arrivées.
« Tu sais quoi, il y avait des mouches dans les chiottes. »

Michel se retourne. « T’as pas compris ? Il y a quelques mois, ils ont mis une pancarte : Merci d’uriner bien droit dans le réceptacle. Y’a des mecs, ils ont grimpé sur la céramique pour pisser sur la pancarte. En mettant une mouche, c’est toi qui devines, sans qu’on te le dise, qu’il faut pisser sur la mouche, et comme ça t’en fout pas partout. Il parait que depuis qu’on colle des mouches, les chiotes sont moins crades. »

« Moi, je vais te dire, j’aime pas trop trop qu’on me dise ce que je dois faire.
Et tu sais, cette histoire, là, ça m’a tellement énervé cette mouche, que je me suis dit que j’allais bien finir par l’avoir cette putain de mouche. Que j’allais la coincer avec plein de serviettes en papier pour l’écraser, et après, j’ai pissé dessus. Histoire de bien la noyer cette putain de mouche. Je peux te dire que la pissotière, elle est remplie genre les crues de la Seine. Boris Vian, il disait, il y a deux façons d’enculer les mouches, avec ou sans leur consentement. Et bien je peux te dire que lui ai pas laissé le temps de me donner son avis.
Il a amené des cacahouètes le mec ? putain faut tout demander ici ! »

Catégories: Divers, Société | Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *