04 décembre 2016

Une infinie tristesse

HOLLANDE1.indd

A l’époque, tout le monde avait trouvé qu’il y avait un côté « Force tranquille » de Mitterrand dans l’affiche du deuxième tour de l’élection présidentielle de 2012. François Hollande avait les pieds sur terre, devant un paysage de Corrèze.

Tout le monde avait noté la confusion des codes. Plus d’indication du Parti Socialiste ou de la rose, François Hollande était le seul candidat à avoir fait de son nom un logotype (aujourd’hui, NKM et Jean-Frédéric Poisson ont pris le relai pour la primaire de la droite). Et puis côté couleurs, une inversion de ce que l’on était habitué à voir. On passait des couleurs de la gauche, le rouge, le rose… au bleu de la droite et de Nicolas Sarkozy.

Jeudi soir, en regardant l’allocution de François Hollande annonçant « d’une voix blanche » qu’il renonçait à participer à l’élection présidentielle de 2017, je n’ai pas senti que cette ancienne affiche restait présente et qu’elle « survivait » en parallèle de l’écran.

HOLLANDE1.indd

C’est le lendemain, en découvrant la presse.

Même costume, même cravate, même coupe de cheveux. Les lunettes sont devenues plus marquées. Et puis le visage, la tête qui s’est enfoncée dans le costume. Impressionnant comme le corps s’est tassé, comme le dos s’est vouté. Et le regard. Il n’y a plus la lumière qu’il y avait dans l’affiche de 2012.

Il y a, cinq ans après, une infinie tristesse.
———
Partagez cet article sur Twitter

HOLLANDE_REGARD

Catégories: Médias, Photographies | Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *