26 mars 2017

Tenir un oiseau

Zuza Krajewska_1

On tourne les pages du M magazine et l’on s’arrête sur une image devant laquelle on va rester quelques instants.
Pourquoi celle-ci ?

Une photographie de mains en gros plan prise par Zuza Krajewska au Centre de détention pour mineurs de Studzieniec, en Pologne. Cette photographe a passé un an à suivre le quotidien de quarante adolescents enfermés pour avoir commis des délits, des vols, des crimes.

Pourquoi cette images précisément ?

Sans titre-2

Des éléments personnels qui reviennent encore et toujours, la jeunesse, des mains, un oiseau et derrière tout ça, la violence. La cristallisation des mains et de la violence.
C’était déjà présent chez Ryan Mc Ginley. L’innocence de l’animal et sa violence intérieur. Tenir une forme de fragilité entre ses mains qui peut à tout moment exploser.
Il y a quelque chose dans l’image qui diffuse. Comme on parlerait d’un élément minéral qui diffuserait de la radioactivité.
Qui me fascine et m’effraie, de s’approcher de ça.

Traverser la frontière entre l’enfance et la vie d’adulte.

R3RM167-India_(Coyote)_LORESRyanMcginley1

 

Mateusz photographié par Zuza Krajewska au milieu de ses cages, un oiseau dans les mains.

Zuza Krajewska_2

Les mains meurtries et« usées » de Mateusz qui a eu 17 ans au printemps.
Ce jeune homme avait une passion pour les animaux. Dans le Centre de Studzieniec, il adorait s’occuper d’oiseaux et de lapins pour lesquels il avait construit de nombreuses cages.

Et puis un jour, lors d’un accès de rage, il a tué tous les animaux. Il a fermé les yeux.

Zuza Krajewska_4

Zuza Krajewska a intitulé son projet « Imago », ce qui renvoie au stade final de métamorphose d’un insecte en pleine maturité mais encore inapte à utiliser toutes les fonctions de son corps.

« C’est une métaphore idéale, indique la photographe. Ces jeunes sont en mutation, sans armes, incapables de fonctionner dans le monde des adultes. Ils se forgent une armure de substitution, pour se protéger. Si ces photos sont si fortes, c’est parce qu’on voit leur fragilité, leur sensibilité et leur tristesse, derrière leur carapace imposante, leurs tatouages et leurs cicatrices. »

———
Partagez cet article sur Twitter
Tweet

Catégories: Photographies | Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *