20 mai 2017

T’as du clito

aaddc92947649a85

Et dire qu’avant, dans les livres de classe, on ne représentait qu’un bouton, un tout petit truc pour ne pas dire rien du tout. Il a fallu attendre la refonte des manuels des collèges de SVT (Sciences de la Vie et de la Terre) pour la prochaine rentrée 2017, pour découvrir qu’un seul éditeur, Magnard, avait pris en compte l’anatomie complète du clitoris dans un schéma d’appareil sexuel féminin. Le clitoris est enfin visible.

16069537

Un éditeur sur huit. C’est à la fois peu mais c’est surtout une grande première. Les autres, Belin, Bordas, Didier, Nathan, Hatier, Hachette, Lelivrescolaire, ont « timidement » repris les anciens schémas où le clitoris est mentionné sans toujours être représenté sommairement. Comme s’il avait été gommé.

Pour certains, c’est un point, pour d’autres, n’est indiqué que le mot.

SCH2MA_CLITO.indd

SCHEMA_4

Si l’on en croit un rapport récent du Haut Conseil à l’Égalité, un quart des filles de 15 ans ne savent pas qu’elles ont un clitoris, et 83 % des collégiennes de 4e et de 3e ignorent sa fonction. C’est donc l’occasion de découvrir ce que l’on savait depuis le XVIe siècle, que le clitoris est un vrai organe de dix centimètres, dont seule, une petite partie est visible à l’extérieur, le bouton.

 

738_casseri

« Semi-écorché d’une jeune fille »,
par l’anatomiste Giulio Cesare Casseri, 1600.

 

Lequeu_Âge_pour_concevoir-1

« Âge pour concevoir »,
dessin anatomique, appartenant à une suite reprenant les organes génitaux de la femme,
exécuté par Jean-Jacques Lequeu entre 1779 et 1795.

 

Et qu’est-ce qu’on découvre sur le schéma de Magnard ? Que contrairement à ce que l’on raconte communément, la femme à un sexe complexe qui ne se résume pas à une fente et que le clitoris ressemble en interne au pénis de l’homme. Les deux organes ont la même origine embryonnaire et sont constitués des mêmes tissus (corps caverneux et corps spongieux). Que les deux fonctionnent un peu de la  même façon.

Ce qu’on découvre, c’est qu’il n’y a pas d’un côté, cette puissance virile dont on nous rabat les oreilles depuis notre enfance quand on est un garçon. Et de l’autre, rien… une absence.

Il suffit de comparer les deux schémas, c’est on ne peut plus démonstratif.

Sans titre-2

Alors pourquoi cette difficulté à représenter l’organe féminin dans sa globalité ?
Sans doute parce qu’il y a quelque chose de profondément sexiste derrière tout ça, car parler du clitoris et le montrer, c’est parler du désir féminin et ne plus le voir comme annexe. Ce lieu du plaisir existe, il n’est pas plus mystérieux ni cérébral que le plaisir masculin.
C’est dépasser l’image profondément inégalitaire de la sexualité mis en place par la vision masculine.

En 2011, l’association Osez le féminisme, avait lancé une campagne. L’idée à faire passer : « Le clitoris est la clé de voûte d’un changement de mentalité. Il peut aider les femmes à s’émanciper. »
Aider les femmes à se constituer comme sujet actif de leur vie sexuelle plutôt que passif du désir de l’autre.

Cela passe par un dessin dans un manuel scolaire, simplement un dessin complet.

 

Catégories: Divers, Médias, Société | Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *