25 août 2017

Sexe standard

Sans titre-1

Acrimed, l’observatoires des médias, revient sur une couverture de l’été. Les Inrockuptibles et leur traditionnel numéro estival « spécial sexe ».
Et un spécial sexe où la femme est très présente.

INROCKS_SEXE_ETE

Depuis 2005, sur 13 couvertures spécial sexe, on trouve 19 personnes dont 17 femmes et… 2 hommes.
Des femmes nues, blanches, jeunes et minces. Le sexe  pour les Inrocks, c’est visiblement une affaire de femme, les hommes en sont absents ou presque.
En gros, un standard cliché de la femme occidentale que l’on voit partout. Bouche ouverte, langue, regard langoureux… tout ce que la publicité recycle en boucle pour faire vendre. Utiliser le corps de la femme comme gros clignotant rouge !!! Les mecs ne font pas vendre, c’est pas vraiment vendeur un mec en couverture, ou alors quand le mec est un membre dur.

En 2002, on trouvait déjà un numéro sexe avec en couverture, une capture d’écran d’un film X. Une fellation en gros plan.
La petite subtilité qui n’apparaissait pas tout de suite, c’était le titre Inroculptibles à la place d’Inrockuptibles. Le Cul.

INROCULPTIBLES_2002

Pas facile d’échapper aux clichés qui ont fait le succès du porno des années 1970.

Le magazine propose cette semaine, une nouvelle formule, avec comme objectif… « être toujours en avance sur tout ce qui fait bouger le monde ».
On imagine qu’ils ont du sacrément ramer fort pour rattraper le retard … ils ont encore un an pour être à la hauteur.

INROCK_Capture d’écran 2017-08-29 à 15.54.04

Catégories: Médias, Photographies | Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *