12 mars 2017

Qui parle ?

BLOG_3IMAGES.indd

La campagne de Donald Trump a propulsé un concept qui revient en boucle dans les média au point d’être élu « mot de l’année 2016 » par Oxford : POST-VÉRITÉ (Post-truth).

Post-Vérité / Faits alternatifs (alternative facts) / Fake news / Hoax / Intox / Rumeur… comment s’y retrouver au milieu de ces différents termes qui envahissent notre quotidien ?
On sent bien que l’on tourne autour de la vérité, du faux, du mensonge, du faux-semblant. Mais il y a quelque chose d’autre qui rode. L’incertitude, le manque de repères. Une crise de la vérité.

Mais tout ça vient d’où ?

On va commencer par un chiffre : nous recevons aujourd’hui cinq fois plus d’informations qu’en 1986. En 30 ans on multiplie l’info par 5 !!!!!

Le monde est saturé d’informations, un véritable tsunami qui se déverse en permanence d’où la difficulté que nous rencontrons à hiérarchiser cette information. En quelques années, nous sommes passés de quelques centaines de diffuseurs, à des millions. Il n’y a plus une vérité, que l’on arrivait facilement à repérer mais une multitude de points de vue. Et ce monde engorgé de toutes parts est devenu anxiogène… À qui se fier, quoi penser, à qui accorder sa confiance. Tout cela nous fait peur et nous déstabilise.

Et l’on retrouve les « bulles de filtre » qui ont servis à expliquer la défaite d’Hillary Clinton aux dernières élections. On ne se tient informé que par les proches, ceux qui pensent comme nous. Il n’y a plus d’argumentation contraire. C’est ce qui est mis en œuvre par les algorithmes de Facebook et de Twitter.

Autre chiffre, nous n’avons plus le temps de lire toute cette information, d’où l’apparition de formats qui se raccourcissent. L’internaute moyen lit moins de 110 mots par page d’info. Ce raccourcissement du format ressemble étrangement au 140 signes de Twitter. Un format réseaux sociaux.

TTTCapture d’écran 2017-03-05 à 19.20.30

Et c’est là qu’apparaît l’émotion qui est beaucoup plus efficace pour parler au cœur du citoyen qu’à son cerveau. Méthodiquement, les techniques du marketing commercial sont appliqués avec précision. On touche là, précisément, où le message va avoir un impact.

Plusieurs articles ont décortiqué la construction des tweets de Donald Trump. Un modèle d’efficacité. Une construction en trois temps. Et cela ressemble étrangement aux trois modes de persuasion d’Aristote : logos (l’appel à la logique), ethos (à la crédibilité) et pathos (le recours à l’émotion).

Un exemple, en décembre 2015, six pilotes de chasse américains sont morts en Afghanistan. Le tweet de Trump :
« Un kamikaze vient de tuer des soldats américains en Afghanistan. Quand nos dirigeants vont-ils faire preuve de résolution et de bon sens. On nous mène à l’abattoir! »

TTTCapture d’écran 2017-03-12 à 10.12.56

1 – un exposé factuel des faits (logos)
2 – un coup porté à la crédibilité, une critique légitime (ethos)
3- une indignation émotionnelle (pathos)

Parenthèse toute personnelle. 

À la rentrée de septembre, Ulysse, mon garçon de 10 ans, me racontait une anecdote dans sa classe de CM2 à l’école Godefroy Cavaignac.

« — Le maître, il nous a montré un cahier recouvert d’un protège cahier en plastique. Et la couleur c’était turquoise. Il a demandé à la classe, « Ce cahier que je tiens dans la main, il est de quelle couleurs ? ” Et les enfants ont tous dit : “Il est vert, il est bleu !!!“ On a compté, il y en avait plus de bleus que de verts. Et là, le maitre il a dit, “Et bien moi je vais vous dire, je le vois rouge, oui, parfaitement, je le vois rouge comme une cerise. Je vous repose une question, qui, comme moi, le vois rouge ce cahier ?” Et bien trois enfants ont levé la main pour dire qu’ils le voyaient rouge. Et j’ai dit au maître : “Mais enfin, c’est n’importe quoi, vous voyez bien qu’il est turquoise, pourquoi vous dites qu’il est rouge, c’est n’importe quoi !

Sans titre-5

Et après il nous a expliqué que c’était pour voir si nous défendions notre point de vue… que ce n’était pas parce qu’un adulte nous disait une énormité, qu’il fallait dire oui ! »

 

Et si l’on essayait de s’appuyer sur des images pour y voir (un peu) plus clair.

Aujourd’hui, une image revient en boucle pour parler de post-vérité, celle de Donald Trump parlant devant une foule. Message préparé sur un prompteur, micro pour porter la voix et expression et gestuelle forte.

5088374_7_7438_le-president-americain-donald-trump-a-oxon_e06c5054ad878b9dcba932d38a026f50Donald Trump Is Sworn In As 45th President Of The United States

Post-vérité — L’Oxford Dictionnary précise que le mot se rapporte aux « circonstances dans lesquelles les faits objectifs ont moins d’influence sur l’opinion publique que ceux qui font appel à l’émotion ou aux croyances personnelles ».
L’émotion qui serait le centre de tout.

BANNIERE_AKHATON4_1280x400.indd

Faits alternatifs — En gros une contre-vérité grossière.
Ce concept a été formalisé par Kellyane Conway, la conseillère à la Maison Blanche de Donald Trump.

TTCapture d’écran 2017-03-05 à 19.18.33
TTTCapture d’écran 2017-03-11 à 13.26.38

Au moment de l’investiture du nouveau Président, celle-ci a tenté de justifier les propos de Sean Spicer, le porte-parole de Donald Trump, qui affirmait que « la cérémonie d’investiture fut la plus grande en terme d’audience », alors que les photos de l’événement montraient le contraire.

TTCapture d’écran 2017-03-05 à 19.18.55

La veille, Donald Trump avait également affirmé que la pluie avait cessé dès qu’il avait commencé son discours d’investiture et que le soleil avait suivi – affirmation en décalage avec les images que tout le monde a pu voir.

Barron-Trump
Michelle-Obama

Le 23 janvier, Sean Spicer affirmait « Je pense que parfois nous pouvons être en désaccord avec les faits ». Stupeur généralisée.
Et les jours suivants, on avait reparlé de Georges Orwell, de « 1984 ». Ce livre de 1949 est devenu en quelques semaines, le numéro 1 des achats américains sur Amazon !!! L’œuvre romanesque rattrape la réalité.

TTTCapture d’écran 2017-03-12 à 11.19.43

Contre vérités grossières, mensonges officiels… les exemples sont nombreux.

Le 5 février 2003, devant le Conseil de Sécurité de l’ONU, le secrétaire d’Etat américain, Colin Powell présente une série de preuves sur les armes de destruction massive que posséderait l’Irak de Saddam Hussein. L’image que tout le monde retiendra, il brandit un flacon rempli d’anthrax. « Saddam Hussein possède déjà deux des trois composantes nécessaires pour fabriquer une arme nucléaire. Il faut agir ! »
Mars 2003, l’offensive américaine sera lancée.

colin-powell_769679

Le 26 avril 1986, la catastrophe de la centrale de Tchrenobyl en Ukraine envoyait au dessus de l’Europe un nuage radioactif. Pendant plusieurs jours, ce nuage a survolé le continent, mais à la surprise générale, le gouvernement français annonçait que grâce à des vents contraires, ce nuage s’était arrêté à la frontière avec l’Allemagne. On sait aujourd’hui, que le nuage radioactif a bien survolé le territoire français entre le 30 avril et le 5 mai 1986.

BB2382713hqdefault

Encore une histoire avec Donald Trump : le nombre d’étages de la Trump Tower de New-York.

1346584-selon-chaine-cnn-louer-etage

Le 58e étage de la Trump Tower s’appelle « étage 68 ».
En 1979, Donald Trump découvre sur la maquette de sa future tour, qu’à quelques blocs de là, la tour de General Motors fait 12 mètres de plus que la sienne. Comment faire pour que la Trump Tower soit la plus grande du quartier ? Très simple. Trump décrète que les premiers appartements situés au-dessus du 19 étage de commerce n’ont aucune bonne raison de s’appeler « 20e étage ». Il les nomme donc « 30e étage ». Le dernier niveau de sa tour de 58 étages s’appellera désormais « 68e étage ». La tour de General Motors et ses 50 étages est ridiculisée.

Et puis, en Angleterre, en 2016, le bus rouge utilisé par les partisans du Brexit pendant la campagne du referendum sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

brexit-bus

Sur les côtés était écrit: « Nous envoyons à l’UE 350 millions de livres par semaine. Finançons notre système de santé à la place. Votez “Leave”. »
Une promesse de campagne sur laquelle Nigel Farage, europhobe et tête d’affiche de la campagne du «Leave», avait fini par regreter : « Je ne ferais jamais cette promesse. C’est l’une des erreurs qu’a commises le camp du “Leave”. »

2Le-bus-du-Brexit-detourne-par-Greenpeace-le-18-juillet-2016-a-Londres

Quelques mois plus tard, Greenpeace louera le même bus rouge pour demander des comptes. En inscrivant sur les côtés : « Time for truth », (Il est temps de dire la vérité !).

Plus simple et tout aussi efficace, une photo ancienne légendée comme si elle était d’actualité.
Une photo prise en mars 2013 lors d’une manifestation de salariés de l’usine Goodyear d’Amiens-Nord qui protestaient contre le projet de fermeture du site.
Et l’on retrouve cette photo sur Tweeter comme si elle venait d’être prise pendant les manifestation contre la lois Travail du printemps 2016.

TTT4912174_6_01ec_une-photo-detournee-de-son-contexte-au_4ea0934b0556361d625ed43ad0aee28f copie

Cet été à Canne, l’épisode du Birkini montrait de façon démonstrative, qu’un fait d’actualité avéré mais isolé, pouvait très bien servir de support à un emballement médiatique idéologique. Au point que les journaux souhaitant couvrir le sujet ont du aller chercher de l’iconographie en dehors de la France. On ne trouvait pas suffisamment de femmes en burkini sur nos plages.

BBBad_216864091

TTTCapture d’écran 2017-03-12 à 11.34.37
TTTCapture d’écran 2017-03-12 à 11.32.33

BANNIERE_AKHATON4_1280x400.indd

Fake news — C’est un faux, une imitation, une contrefaçon,  prenant l’apparence d’un article de presse
Le fake news emprunte à la presse traditionnelle ses codes et sa présentation, pour se maquiller comme un exercice journalistique.

Difficile de bien saisir la nuance du terme anglais et la précision de la traduction.
« Fake news », ce n’est pas un article faux mais un faux article. C’est à dire une publication qui se fait passer pour un article de presse sans en être un. La langue anglaise distingue en effet ce qui est false (faux au sens d’erroné) de ce qui est fake (faux au sens d’une imitation).

C’est un article qui a toutes les apparence d’un vrai mais qui est faux.
Une duperie. On cherche a abuser la confiance de l’internaute.

fausse-carte-d-identite-najat-vallaud-belkacem_5020880

Les réseaux sociaux ont été inondés par la fausse carte d’identité de la ministre de l’éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, soit disant nommée Claudine Dupont. Et puis tout c’est arrêté quand on s’est rendu compte qu’il y avait un gros FAKE en filigrane.

Durant la Primaire de la droite, Alain Juppé a découvert sur le tard l’impact dévastateur de la campagne « Ali Juppé ».

o-ALI-JUPPE-570-1

Le « Fake news » peut être parodique. Le Gorafi en France, qui a toutes les caractéristiques d’un vrai site d’information, mais qui se place ouvertement dans l’humour ou le canular. Jusqu’à ce que la frontière entre blague et réalité se confonde…

TTCapture d’écran 2017-03-05 à 21.24.30

TTCapture d’écran 2017-03-05 à 21.25.59

BANNIERE_AKHATON4_1280x400.indd

Hoax, un canular viral qui est souvent diffusé par mail
Ce sont les nombreuse rumeurs répandues de manière virale. Ce sont ces canulars que le site de vérifications Hoaxbuster essaye de repérer.

BANNIERE_AKHATON4_1280x400.indd

Intox, là, le terme est plus ancien et généraliste. Il s’agit d’informations volontairement fausses ou trompeuses.

BANNIERE_AKHATON4_1280x400.indd

 

Post-Vérité / Faits alternatifs / Fake news / Hoax / Intox / Rumeur…
La semaine dernière, Le Monde consacrait une pleine page à la post-vérité. Jayson Harsin, professeur de communication à l’American University of Paris, expliquait les limites du « fact-checking » (une technique consistant à vérifier les faits) et de la défiance envers les institutions.

« — À ceux qui avançaient études et chiffres pour démentir les affirmations des pro-Brexit, Nigel Farage et Boris Johnson répondaient : “Le peuple en a marre des experts !” Pour que les “diseurs de vérité” soient à nouveau reconnus comme tels, il faudra aussi une volonté commune des responsables politiques, des journalistes, du système éducatif et des citoyens, visant à nouer un nouvel accord de confiance. C’est la condition pour sortir de ce scepticisme radical. »

———
Partagez cet article sur Twitter

TTTCapture d’écran 2017-03-12 à 10.27.57

 

Catégories: Médias | Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *