07 février 2018

« Namikake »

ARITO_NISHIKI_NAMIKAKE_01

Arito Nishiki est photographe. Il travaille depuis longtemps déjà sur la côte de Niigata. Dans cette région nord de la mer du Japon, plusieurs villages ont sombré dans l’eau à la suite de l’érosion côtière. Dans le dialecte local, ce phénomène naturel porte le nom de Namikake.

La nuit, Arito Nishiki passe beaucoup de temps à parcourir ces paysages avant de les photographier. Ce qu’il photographie, il ne l’a pas vue puisque tout est enveloppé dans l’obscurité. Les images sont là, devant lui, mais lui ne les voit pas. Au bout de longues heures, ses yeux se sont habitués à l’obscurité, et petit à petit, un rocher apparaît, un arbre. Il n’y avait rien sinon la nuit. Le flash fait naître quelque chose que le photographe a deviné, supposé. Il enregistre une image qu’il n’a jamais vu.

Il n’y a rien de stable dans ce paysage mouvant, tout est en devenir à cause de l’érosion.
Arito Nishiki marche dans la nuit et perçoit quelque chose, une tension entre lui et les éléments naturels. La photographie lui permet sans doute de trouver un point d’équilibre.

Et puis surgit un volume recouvert d’une toile plastique.
Quelque chose a été protégé des intempéries. Du froid, des bourrasques, de la neige. Protégé du regard en le recouvrant entièrement. C’est à la fois présent et troublant… parce qu’absent. Le trouble de l’entre deux dans la nuit à ne pas savoir ce que l’on a sous les yeux, là juste devant soi. Une présence qu’il faut deviner. La photographie va venir jouer un rôle de catalyseur. Il suffit de très peu pour perturber le monde, le rendre étrange et incertain, pour changer notre regard.

Arito Nishiki a passé de longue minutes devant cette masse compact, le temps d’ajuster son regard, le temps qu’une forme émerge de la nuit.
L’érosion du paysage, le Namikake n’a pas fait disparaître quelque élément du paysage… mais bien au contraire, quelque chose d’autre est apparu.
Un élément d’équilibre incertain.

Catégories: Photographies | Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *