15 mai 2017

L’Histoire en marche

MACRON_LOUVRE_1

La campagne présidentielle 2017 est terminée.
Une image restera au soir de la victoire d’Emmanuel Macron, quand il arrive vers 22h dans la cour du Louvre pour s’adresser à la foule.
Un homme, seul, marchant pour entrer dans l’histoire.
L’image a été commentée en direct, décryptée dans tous les médias, quoi dire de plus ?

Simplement ce que l’on voit, ce que l’on ressent.

 

La première chose c’est une surprise.
20h, les résultats viennent de tomber, Emmanuel Macron a gagné la présidentielle, il vient de quitter son QG de campagne.

Sans titre-3
En attendant son arrivée au Louvre, les médias nous montrent des images de motos la nuit, roulant derrière le cortège de voitures officielles.
C’est une image qui avait déjà surpris lors de la soirée du 1er tour. Une image qui avait été critiquée.
La présidentialisation prématurée de cette image, 30 motos suivant un groupe de voitures noires, vitres teintées.

FRANCE2017-VOTE-EN MARCHE

Surprise donc, car sa campagne a pu ressembler à une campagne américaine et personne n’a imaginé découvrir, à cet instant précis, une « séquence » historique.

Et là, au Louvre, au soir de la victoire… l’image nous ramène en arrière. Aux codes anciens de la politique.

16054398

Le choix du Louvre a été justifié par l’équipe d’Emmanuel Macron, par la trop forte connotation politique des places de la Bastille ou de la République. Là, où il y a quelques mois, les manifestations anti loi travail remplissaient les rues. Nuit Debout et la violences policières encore visible le 1er mai.
Rejetée, la place de la Concorde est traditionnellement le lieu de la victoire des candidats de la droite française (Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy).

Et donc nous sommes à quelques pas de là, au Louvre.
Le Louvre de l’alignement royal, de la Pyramide de Pei. C’est le Paris historique, le Paris que le monde entier vient voir, émerveillé.

Face à l’histoire, dans la nuit, un homme se met en marche.
Seul. Alors que pendant des semaines on nous a montré une équipe, des « Marcheurs », ce soir l’homme est seul.

TTT_Capture d’écran 2017-05-08 à 18.20.28

Un homme seul en noir et blanc.

Pour cette « séquence historique », les photographies diffusées par Soazig de la Moissonnièr, la photographe officielle d’Emmanuel Macron, sont en noir et blanc. Intemporelles, graphiques.
On est très loin de la photo de reportage. La narration a été minutieusement préparée.
C’est une photographie d’Emmanuel Macron pour l’histoire, attendant, devant la Pyramide. Devant son destin.
Noir et blanc du lieu, la nuit.
Noir et blanc de l’homme au costume sombre.

Francois-Mitterrand-au-Pantheon_reference

C’est une autre image qui revient immédiatement à la conscience. Un président tout juste élu, inscrivant ses pas dans l’histoires de la France. C’est François Mitterand en 1981, une rose à la main marchant vers le Panthéon pour se recueillir devant les tombeaux de Jean Jaurès, Victor Schoelcher et Jean Moulin.
Une rose rouge, une touche de couleur.
Pas de couleur ce soir au Louvre. Pas de touche de gauche.

ob_b1a3af_ectac-francois-mitterrand-03

C’est le noir et blanc des photographes historiques de Paris, Doisneau, Brassaï, Cartier-Bresson.

C_SVIiKXoAAIfOx
Ce soir l’image d’Emmanuel Macron doit être intemporelle.
On lui a reproché d’être le candidat de ceux qui ont le regard tourné vers l’avenir. Il lui faut évoquer le passé.
Ce soir, Emmanuel Macron a rendez-vous avec l’histoire. Il s’inscrit dans le temps.

TTT_Capture d’écran 2017-05-08 à 18.20.53

Le temps, c’est aussi de découvrir que cette marche est très très longue, cette image est interminable.
Emmanuel Macron va marcher plus de 3 minutes, ce qui n’est plus du tout un format télévisuel. Tout cela mis en musique par « L’Ode à la joie », la 9e symphonie de Beethoven, l’hymne européen, qui accompagnait Mitterrand en 1981.

16054396

Pendant toute la campagne, on a critiqué son jeune âge, attaqué son manque d’expérience et de profondeur de programme. L’image va le nourrir de tout ça. Nous assistons, en direct, à la fabrication de l’image présidentielle.
On lui avait reproché au soir du 1er tour d’avoir eu la maladresse de fêter « sa victoire » à La Rotonde, on lui avait reproché son attitude d’homme pressé.

Trois longues minutes pour que tout le monde s’imprègne de ces images.

 

couple-macron-coulisses-victoire-femme-dinfluence-2

Le lendemain soir, les français découvriront sur TF1, un autre Emmanuel Macron dans le documentaire : « Les coulisses d’une Victoire », de Yann L’Hénoret.
Et là encore, surprise, l’image d’Emmanuel Macron est tout autre. Une bienveillance dont il est difficile de se détacher.

Un côté sympa, cool, une ambiance start-up où les bénévoles sont des Helpers. Où Emmanuel Macron sourit et fait des cafés. Bienveillant.
Des collaborateurs de son âge. Une équipe soudée visuellement très accessible.

Et l’on se laisse prendre au jeu, même si l’histoire paraît trop belle.
Et l’on mesure la force de l’image d’un homme de 39 ans. C’est ce qui avait surpris dans le gros plan de l’affiche du 2e tour. Un homme plus âgé ne se serait pas autorisé cette proximité visuelle (sans doute à cause de la qualité de la peau que l’on a à plus de 60 ans).
Ce que l’on nous dit, simplement, c’est qu’on peut devenir Président de la République à moins de 40 ans, que la réussite n’est pas réservée aux hommes vieillissants !
Et ça c’est très moteur, cela casse l’idée qu’il faudrait être très vieux pour accéder à des postes de pouvoir.

Après la surprise, vient le malaise devant une histoire qui ressemble à un épisode d’une série où tout est parfaitement storytellé.

Un documentaire qui s’apparente à un outil de propagande marketing.
Qui montre la personne et rien de sa politique. « Celui qui gagnera c’est celui qui aura le plus envie, c’est ça que les gens sentent, c’est pas le détail du programme. »

Yann L’Hénoret ne commente pas. Comme si ne pas commenter était un gage d’objectivité.

Et là, on comprend que ce documentaire est le complément de ce que l’on a vu la veille au Louvre. En deux temps : L’histoire, la tradition — La modernité, l’avenir.

emmanuel-macron-le-soir-de-sa-victoire-sur-l-esplanade-du-louvre-dimanche-7-mai-2017-photo-afp-1494219144Emmanuel-Macron-avec-sa-femme-Brigitte-Macron-Trogneux-Le-president-elu-Emmanuel-Macron-pronon_exact1024x768_l

Dernier point, présent dés le départ de l’aventure présidentielle, sa femme.

Brigitte Macron qui a eu et aura, un rôle déterminant. Là aussi, l’image a été construite et négociée. Le couple a passé un contrat d’exclusivité avec Bestimage. En un an, selon les calculs de L’Obs, le couple a fait 10 couvertures de VSD, 4 de Paris Match, 2 de Closer et 1 de Voici.
Emmanuel Macron est toujours aux bras de sa femme sur toutes les couvertures de Paris Match.

Sans titre-2

Un couple atypique entre un jeune homme pressé et une femme plus âgée qui revendique sa liberté. Une femme que l’on attaque aujourd’hui, que l’on moque, alors que personne ne trouve à redire du couple formé par Donald Trump et sa femme Melania, plus jeune de 24 ans. La même différence d’âge que Brigitte et Emmanuel Macron.

La séduction, la surprise. Le rebondissement, le doute, l’inattendu.
Tout est en place pour la saison 2 où Emmanuel Macron n’aura pas le droit à l’erreur.

arton90689

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories: Médias, Photographies | Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *