07 mai 2017

À croire que l’écologie est un enjeu optionnel

PRESIDENTIELLES_2ETOUR

Je n’ai reçu l’enveloppe des présidentielles que samedi matin, le 6 mai, la veille du 2e tour.
A croire qu’il ne faut pas que les électeurs lisent au dernier moment les quelques lignes résumant les chantiers à venir.
Rapide coup d’œil.

« Je veux être un Président qui protège, construit, transforme. » Parfait !

Pour Emmanuel Macron, il y a six chantiers :
• Renforcer la sécurité de la Nation
• L’éducation et la Culture
• Le Travail
• La modernisation de notre Économie
• Le renouveau démocratique
• L’Europe et l’International.

Et là je me dis que j’ai pas bien lu, que ce n’est pas possible… qu’il manque un chantier basique, vital même : l’écologie… je relis toute la brochure. Rien.
Le mot n’est pas mentionné.
On va voter pour un Président dont le programme de tient pas compte que la planète est au bord de l’implosion, au bord de ressembler à un toast grillé. Que l’on respire avec difficulté à Paris, que l’on demande aux habitants de ne plus circuler en voiture.

Et là, à l’occasion d’une élection présidentielle, l’écologie ne figure pas parmis les chantiers du quinquennat à venir.
A croire qu’il s’agit d’une option ou d’un gadget ?

L’écologie serait donc un enjeu optionnel.
Jusqu’au bout, cette élection aura été désespérante.

Catégories: Divers | Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *