01 juin 2017

Le regard blessé

TELERAMA_TROP_VU_1

Le regard d’un homme. C’est toujours impressionnant d’être capté par un regard au point d’oublier l’image et d’être en dialogue visuel avec un homme.

C’est un portrait en gros plan à la Une de Télérama.
Ali Arkady est photographe. Il a passé plusieurs semaines à Mossoul, auprès des soldats irakiens. Et ce qu’il a vu, les exactions, la violence … il aurait préféré ne jamais le voir. Il en a « trop vu ».

Le regard de cet homme qui me regarde, s’est brulé les yeux en les ouvrant sur l’horreur.
Cet homme a vu quelque chose qu’il n’aurait jamais du voir.

Et moi ? Qu’est-ce que je vois de lui, de ce regard blessé ? Je vois un homme qui a vu mais je ne vois rien. L’image brulante est ailleurs, sans doute au plus profond.

On y réfléchissant, on a tous vu quelque chose à un moment où l’on s’est dit : « Je n’aurais pas du voir ça ! »
Ou plutôt, on le sent, on ne se dit rien, on sent que l’on voit l’irregardable. Et l’on n’arrive pas à détourner le regard. Et l’on se protège comme l’on peut, on enfouit, on minimise, on imagine que l’image va se décomposer comme une feuille tombée à terre. Et puis non, cela revient, cela fait partie de nous.

Et ce que l’on ne perçoit pas sur le moment, c’est que cela va nous poursuivre très longtemps.
Plusieurs mois, plusieurs années… jusqu’à ce qu’on décrypte et s’approprie ce que l’on avait vu.

 

 

TELERAMA_TROP_VU_2

Catégories: Médias, Photographies | Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *