22 février 2018

L’araignée en trophée

VILLANY_BLOG1

C’était en juin 2013, et M le magazine du Monde recadrait sévèrement Caroline Fourest à mi visage.
Titrant “La Laïque qui rend hystérique”.

VILLANY_BLOG2

La semaine passée, toujours dans M, c’est au tour de Cedric Villany de ne montrer… que le bas de son visage.
On peut résumer un visage à des yeux, on peut identifier quelqu’un à son regard. Il est plus rare de pouvoir identifier une personne uniquement par sa bouche, son menton. Sauf que là, ce sont des détails vestimentaires qui viennent immédiatement nous désigner le mathématicien français médaillé Fields (la plus haute distinction accordée aux mathématiciens de moins de 40 ans). Son look de dandy est reconnaissable entre mille. Cheveux long, lavallière imposante, une montre ancienne, et surtout, surtout, la grosse broche araignée qui est devenue son signe d’identification immédiat. Un peu comme Amélie Nothomb et ses chapeaux mous.

VILLANY_BLOG4

Cette attention vestimentaire n’est pas liée à son entrée récente à l’Assemblée nationale comme député de l’Essonne. C’est quand il intègre Normale-Sup, à 19 ans, qu’il adopte ce look qu’il continue à porter, conscient que cette araignée agit comme un « atracteur » de liaison humaine « C’est comme une colle tout autour de moi qui agrippe plein de choses. L’araignée est un excellent “ice breaker”. Des inconnus me parlent grâce à ça. »
Cédric Villani a compris que l’on pouvait se distinguer par un simple signe qui raconte des histoires à tout le monde et marque les esprits.
Une équation on ne peut plus basique au résultat garanti.
Araignée + lavallière + cheveux longs = Cédric Villani

À la une du M, c’est finalement ce que l’on voit.
Le cadrage est judicieux, bien plus qu’un visage, ce sont les signes qui disent Cédric Villani.

 

Catégories: Médias | Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *