09 janvier 2018

Du temps de cerveau humain disponible

TELERAMA_COCA_COLA

On est en 2004, et Patrick Le Lay, alors président-directeur général du groupe TF1, explique CLAIREMENT, ce qu’une chaîne de télévision comme TF1 vend à ses annonceurs. Et ce qui est bien avec Le Lay, c’est qu’il est cash, pas le genre à enfiler les éléments de langage édulcorés.

« Il y a beaucoup de façons de parler de la télévision. Mais dans une perspective business, soyons réaliste : à la base, le métier de TF1, c’est d’aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit. Or, pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible. »

Ah oui, quand même, il parle bien cash Patrick Le Lay. Là pour le coup, on a bien compris son message. On avait bêtement pensé que le divertissement sur TF1, c’était une envie de détendre les gens en fin de journée, quand ils rentrent du boulot bien crevés. « Non, mais tu crois que ça nous amuse de réfléchir à des émissions toutes plus abrutissantes les unes que les autres !  Non, non, on redescend sur terre. On est dans une perspective business, on n’a pas vocation à distraire la terre entière… on n’est plus au pays de Oui Oui. »

Alors bien sûr, la pub Coca Cola elle est formidable, les publicitaires ont bien évidemment du talent, mais encore faut-il que l’esprit du spectateur soit suffisamment détendu, vider, nettoyer de toutes réflexion pour qu’au moment de la pub, il devienne comme une éponge et absorbe bien tout le spot Coca Cola. Et puis après on recommence, on le redétend bien comme il faut… et 52 minutes plus tard, on remet une couche sur un cerveau proche de la mort cérébrale.

Ah oui, vu comme ça, c’est quand même super impressionnant.

Ce que précise Patrick Le Lay, et que personne n’avait jusqu’à présent expliqué aussi bien, c’est que le rôle d’une télévision privée, c’est de travailler l’entre pub. Du vide de sens, de parole et d’image. Du presque rien.

hqdefault

Quand on était enfant, avant que les pubs soient envahissantes, on diffusait un format court entre les émissions, Interlude, ça s’appellait. Et c’était des trains qui passent, de l’eau qui coulent, des oiseaux qui volent. Un mec qui tourne des pots en terre, un potier qui n’en finissait pas de tourner.

On a allongé le format et on en a transformé les Interludes en émissions de télé réalité pour parfaitement préparer le cerveau à la pub Coca Cola.

les-anges-de-la-tele-realite-5-prime-le-9

Catégories: Divers | Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *