16 octobre 2017

Des larmes dans la pluie

La mémoire, les souvenirs.
Dans Ghost in the Shell, il y avait déjà cette scène, avec en voix of :

Ghost_in_the_Shell__Large.jpg

« — Mon esprit est humain, mon corps est fabriqué.
Je suis la première de ma génération, je ne suis pas la dernière.
On s’accroche à nos souvenirs comme s’ils nous définissaient, mais pas du tout… c’est ce que l’on fait qui nous définit.
Je sais qui je suis et pourquoi je suis ici. »

Et de revoir ce week-end le Blade Runner de Ridly Scott, le final cut avec le nouveau montage et ces quelques secondes de rêve, une licorne passe.
[ Voir l'article It's time! ]

Rachel s’approche du piano et saisit un portrait féminin en noir et blanc, au milieu d’autres photos.
Elle s’assoit sur le tabouret, pose sa veste et commence à jouer.
Rick Deckard allongé sur le canapé plonge dans un rêve où une licorne court sous des arbres. Le rêve s’estompe, Rick ouvre un œil.
Rachel continue de jouer.

La question se pose tout au long du film, quelle est la nature de ces quelques souvenirs. Est-ce qu’ils sont réels ou bien ne sont-ils que des implants artificiels intégrés au moment de la confection des Répliquants.
Rachel doutera de ses souvenirs.

Et puis Roy Batty, le Répliquant au torse nu, qui comprend que l’on ne pourra pas modifier la programmation génétique initiale. La durée de vie est limitée à quatre années.
Qu’il est trop tard et que la fin de sa vie se rapproche.
Que reste t’il d’une vie.

cec301deb4b21a711a90b85bec0163bd

« — J’ai vu des choses que vous autres ne croiriez pas.
Des vaisseaux en flammes sur le Baudrier d’Orion. J’ai vu des rayons cosmiques scintiller près de la Porte de Tannhäuser.
Tous ces instants seront perdus dans le temps. Comme les larmes dans la pluie.
… Il est temps de mourir. »

Il baisse la tête, une colombe s’envole.

L’eau qui coule sur son visage. Les souvenirs à fleur de peau, encore vivants pour témoigner de la richesse de notre vie. Les souvenirs qui ont été présents tout au long de notre vie au point, par moment, de nous encombrer.
L’eau qui coule et qui entraine larmes, souvenirs et regrets. Que restera t’il de tout ça ?

Motoko Kusanagi, le Major de Ghost in the Shell, regarde droit devant elle… « — c’est ce que l’on fait qui nous définit, pas nos souvenirs ».

BLADE_5.indd

Catégories: Médias | Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *