04 mars 2013

Correction

oeil gravure 3

Une gravure découverte dans un journal posthume des explorations iconographiques de Nicolas Bouvier.

C’est une tête d’enfant recouverte d’un masque de cuir, d’une cagoule. L’enveloppe est percée d’orifices pour les yeux, le nez, la bouche et les oreilles. Il y a quelque chose de guerrier et de médical dans ce masque qui ne laisse d’ouvertures que pour capter les sens. Respirer, manger, voir, entendre. Le cuir vient plaquer le visage.

Et là, une idée paradoxale surgit : pour voir correctement le monde ambiant, l’enfant se cache derrière quelque chose qui le défigure. Ce que l’enfant va percevoir en corrigeant sa vue, c’est principalement la réaction déclenchée par la répulsion de son visage.

C’est peut-être cela qui me fascine. Doit-on se transformer en monstre pour absolument tout voir du monde qui nous entoure ?

Masque correcteur du strabisme convergent chez l’enfant, gravure tirée d’un traité d’ophtalmologie allemand de la fin du 16e siècle : Das ist Augendienst (Le service des yeux) de Georg Bartisch.

Catégories: Divers, Illustrations | Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *