22 février 2017

China First !

TTTCapture d’écran 2017-02-18 à 13.50.19

Après l’America First ! de Donald Trump, la Chine au centre du monde de l’armée chinoise.

Le Monde présente en Une de son édition du week-end, une carte du monde bien différente de ce que nous avons l’habitude de voir.
Cette vision de la planète, élaborée en 2002, donne une idée assez précise des ambitions de la Chine. Cette carte brise l’ancien point de vue imposé par les puissances occidentales depuis le XVIe siècle avec les représentations du monde s’appuyant sur une projection mise au point par le cartographe Gerhard Mercator. [ Voir l'article : L'Afrique est un grand continent ]

MERCATOR2

La mer est l’élément déterminant pour la Chine, 90% de son commerce et 40% de ses importations pétrolières dépendent du transport maritime.

Changement d’époque, changement de carte. Ce simple élément graphique paraît beaucoup moins agressif et démonstratif que les coups de menton de Donald Trump devant les médias… et pourtant cela met en forme ce que l’on savait depuis plus de dix ans… la vision du monde a changé. La mondialisation et le transport par conteneurs sont passés par là.

Sur cette carte chinoise, les continents se retrouvent à l’envers, le Nord et le Sud ne correspondent plus à nos repères, la Chine est au centre. China First ! Les États-Unis sont renversés, ce n’est pas le Pacifique qui sépare la Chine et les Etats-Unis, mais l’océan Arctique. L’Amérique du Nord et du Sud ne sont plus un continent mais des îles comparables à l’Antarctique et à l’Australie.
Et l’on constate que la voie la plus courte entre Pékin et New-York passe passe l’océan Arctique, pour un avion, un satellite… ou un missile.

CARTE_CHINE_Capture d’écran 2017-02-18 à 13.50.19

La cartographie est une affaire de choix. De choix et de regard.
Les Européens furent les premiers navigateurs et explorateurs du monde.

2IMAGES.indd

L’italien, Marco Polo, au 14e siècle, dont les récits influenceront un autre italien, Christophe Colomb et d’autres voyageurs.
Le portugais Vasco de Gama, premier Européen à arriver aux Indes par voie maritime en contournant le cap de Bonne-Espérance, en 1498. Un autre portugais, Fernand de Magellan qui bouclera un tour du monde en 1522.

Une hégémonie de l’Europe qui à la même époque diffuse l’information à grande échelle grâce à l’imprimerie.

Pendant des siècles, c’est la vision occidentales (on a même parlé de vision colonialiste de la cartographie) de Mercator qui s’est imposée. Le méridien de Greenwich au centre comme repère au reste du monde.

Aujourd’hui, les représentations bougent, le centre de la carte se déplace. Les ambitions maritimes de la Chine ont imposées de nouveaux choix.

———
Partagez cet article sur Twitter

Catégories: Divers, Médias | Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *