29 juillet 2017

An Ideal for Living

JOY_DIVISION_NAZI2

Alors c’est sûr sur que 35 ans plus tard, ça fait bizarre.

3, 5, 0, 1, 2, 5…
Oui, c’est vrai, j’avais pas compris ce décompte de chiffres avant les premiers coups de batterie de « Warsaw ». Mais bon, Ian Curtis était quand même énigmatique, il suffit de revoir ses concerts, c’était super impressionnant toute cette gestuelle sur scène, tellement différent des punks qui braillaient la violence et le nihilisme. Et puis tout ça on le découvrait après. Après la sortie des disques, après le suicide du leader. Quelques mois après…

Sans titre-8ian-curtis-dance-moves-poster-1-620x350

Joy Division en 1980, un ami de Vierzon, passionné de rock, m’en avait parlé. Il allait régulièrement à Paris, dans une boutique près du boulevard Saint-Michel, rue Pierre Sarrazin, New Rose. Tout son fric passait dans les disques.

labelNewRoselogo

New Rose était un lieu mythique où tu avais l’impression, quand tu rentrais, de faire partie d’un club de gens super avisés. Tu te mettais devant un bac et tu faisais défiler les disques, en jetant un œil à côté. Qu’est-ce qu’il a trouvé le mec à droite ? On cherchaient la perle rare, la pépite musicale qu’on allait rapporté en province.
Et puis aux Beaux-Arts, le nom circulait chez les étudiants.

18 mai 80, à 23 ans, Ian Curtis se pend.

DqfmCUL

Et donc on remontait le temps, disque après disque. Tout le monde était scotché de découvrir un son qui n’avait rien à voir le punk des Pistols de 77 ou des Clash. C’était à la fois rapide et parfois lent. C’était musical et moins « bruyant ».
Tout était flou, sombre. La voix grave, la basse très en avant, qui prenait la place de la guitare rythmique, le son de la batterie caverneuse.
Rien à voir avec les batteries rock qu’on connaissait. C’était autre chose.

Et puis c’était pas de la révolte urbaine de London Calling.

Oui c’était très sombre.

Peter-Saville-Joy-Division_Unknown-Pleasures_Shes-Lost-Control-197972511226

Et puis c’était dans le chemin que prenaient les Cure de « Seventeen Seconds », qu’on retrouvera avec « Faith », et « Pornograpy », en 1982. Sombre plus que mélancolique. On disait pas désespérant je crois… on vivait sans doute la fascination du désespoir.

Et donc cette énumération du début de « An Ideal for Living », un des premier 45 tours du groupe ?

Aucune idée.

Sans titre-8

Alors oui, bien sûr, la pochette avec le jeune gosse blond et son tambour on savait tous que c’était une image des Jeunesses Hitlériennes. « Le Tambour », le film de Volker Schlöndorff sorti en 1979, avait été un gros succès, Palme d’Or à Cannes. Un gosse qui refuse de grandir pendant le nazisme. Avec son tambour. Je crois que dans le film, on voit des scènes où les Jeunesses Hitlériennes rythment les cérémonies militaires.

s_39375_1401081752_tambour_1979_03_g

Clairement identifiable, la pochette reprenait sans ambiguité une affiche de propagande des années trente. « Dehors les perturbateurs de la paix ! unité de la jeunesse dans les Jeunesses Hitlériennes ! ». Un adolescent  qui frappe sur un tambour. Les flammes sur le fut du tambour, ses main gantées, la mèche sur le côté.

JOY_DIVISION_NAZI1

Le nom du groupe en caractères gothiques, à l’intérieur (ou au dos ?), une photo du ghetto de Varsovie, l’enfant levant les bras en l’air… pourquoi tant d’ambiguité, pourquoi tous ces codes de la propagande nazie ?

anidealforliving3

Mais ça marchait bien avec le graphisme d’avant garde que l’on commençait à voir apparaitre au début des années 80. Et quand Peter Saville et d’autres (Neville Brody), iront chercher des motifs chez les Futuristes, Dada, les Constructivistes ou au Bauhaus pour le Label Factory, tout le monde trouvera ça génial.

Sans titre-1

Joy Division, ça sonnait pas comme Bijou ou Starshooter, les Dogs, Téléphone ou Lili drop, Élie et Jacno. Même Taxi girl de Daniel Darc qui s’ouvrait les veines sur scène, ça sonnait pas pareil.
Ils ont toujours été forts ces anglais pour trouver des noms de groupe.

Sans titre-9

Joy Division, le nom du groupe faisait référence aux Division de la joie.
Pendant la seconde guerre mondiale, dans les camps de concentration, les Freudenabteilung (litteralement les Divisions de la Joie) étaient chargées d’organiser l’exploitation sexuelle de certaines détenues pour le plaisir des officiers allemands et du personnel des camps.

À cause de ce nom, le groupe fut accusé de sympathies néo-nazies.
On imaginait de la provocation car cela faisait parler du groupe à une époque où la scène musicale anglaise était incroyablement foisonnante. Il fallait se démarquer.

Et puis, on en arrive au début de la chanson « Warsaw », commençant par l’énumération énigmatique 3, 5, 0, 1, 2, 5…

regnum_picture_1465747246130163_big-1728x800_c

Plus tard, bien plus tard, on alla chercher du côté du nazisme et on trouva… le numéro de matricule de Rudolf Hess, le numéro deux du régime, quand celui ci était incarcéré à Spandau. Le même Rudolf Hess que l’on retrouvera dans l’introduction d’un autre morceau de Joy Division, « At a Later Date ».

Provocation, ambiguité. L’imagerie fascisante et la propagande Nazie. Le feu qui brûle et qui fascine.

Je crois que tous le monde s’en foutait. L’image et le son comptaient plus que ce qui pouvait y avoir derrière. Cela fonctionnait plutôt bien chez des jeunes de 20 ans.
Et en plus, pour être tout à fait honnête, je ne comprenais rien aux paroles. Je ne faisais pas l’effort d’aller plus loin que la musicalité.

Il y avait Marquis de Sade en France, qui avait le même look… Philippe Pascal, le chanteur et une gestuelle sur scène très théâtrale. Le noir et blanc de l’expressionnisme allemand.

Sans titre-11

Chemises fermées, cheveux court bien peignés.
La couleur des chemises ? Oui blanches pour Marquis de Sade, il n’y avait aucune ambiguité dans les textes.
Et Joy division, oui c’est vrai, des chemises noires, des chemises brunes.

OCCIDENT_Capture d’écran 2017-07-28 à 01.29.04

Après la mort de Ian Curtis, en 1980, les membres du groupe vont continuer sous un autre nom. Ils choisiront de se nommer « New Order », est-ce qu’il y avait un Ordre nouveau en Angleterre à cette époque ?
En France, Ordre Nouveau, c’est un mouvement politique néofasciste qui participera à la création, en 1972, du front National au côté de Jean-Marie Le Pen.
Le nom est une référence directe et revendiqué, au mouvement néofasciste italien Ordine Nuovo. Son emblème était la croix celtique.

new-order-x-peter-saville-ceremony

Warsaw, Joy Division, Rudolf Hess, New Order, Pourquoi toutes ces références au fascisme, aux droites extrêmes ?
Pour « Movement », en 1981, Peter Saville ira chercher (pour ne pas dire que l’on « pompe sans état d’âme », on dit que l’on fait une citation d’un auteur… ) une affiche de Fortunato Depero, un des plus intéressant (graphiquement) représentants du Futurisme Italien théorisé par Marinetti. Celui qui se mettra au service du Fascisme naissant de Mussolini.

Sans titre-1

ZT0LW9r

Avec le passage au CD au début des années 90, je n’ai pas racheté les disques de Joy division, même pas écouté depuis.

18795453

En 2007, sort « Control », le film biopic d’Anton Corbijn sur Joy Division.
Je redécouvre ce que j’écoutais 30 ans plus tôt sans comprendre les paroles. Au delà de la basse lointaine et sourde de Peter Hook, la batterie enterrée par le producteur Martin Hannett, la pochette designée par Peter Saville, je lis le sous-titrage en français et mesure l’atmosphère complètement déprimante des morceaux.
« Mais comment je pouvais écouter ça des journées entières ????? »

BB_351638084-aigle-imperial-jeunesses-hitleriennes-nsdap-organisation-de-la-jeunesse

C’est une claque, je suis collé au fauteuil. Les yeux grand ouverts.
La salle se rallume, je reste assis un long moment. Comme si je venais de prendre un coup. Comme si l’on avait balayé d’un revers de main un écran de fumée et que la réalité apparaissait.
J’écoutais ça et j’avais 20 ans ?

Un choc d’une violence rare.
C’est peut-être la première fois que je me vois, que je me découvre, tel que je devait être à 20 ans. J’étais comme ça…
Curieux, oui j’étais terriblement curieux mais aussi sombre. Déprimé ? Oui, sans doute… à ouvrir des portes en espérant trouver derrière, quelqu’un qui me saisirait la main pour m’aider à vivre…

a56a5ed35ecb3c398a478847b57bc56f--ralph-gibson-feature-film

I’ve been waiting for a guide to come and take me by the hand, …
J’ai attendu qu’un guide vienne et me prenne par la main, …

« Disorder », sur le premier LP du groupe, « Unknow pleasure ».
Une photo de Ralph Gibson, au dos de la pochette.

Catégories: Divers | Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *